Mont St Michel

 

1.  Le mont Saint-Michel : aspect historique et physique 

 

                                                         

 

 


En l'an 709, un évêque d'Avranches, Saint AUBERT, poussé par une inspiration de Dieu, décide de construire une chapelle et d'établir des prêtres pour prier l'Archange Saint MICHEL sur un rocher désert appelé : le mont "Tombe".

Près de trois cents ans plus tard, en 966, des moines bénédictins s'y installent Ils réaménagent les logis existants pour en faire un monastère qui sera, très vite, trop petit. Aux environs de l'an 1020, la communauté décide de modifier de fond en comble ce qui existe et de construire une immense église sur le sommet du rocher, destinée à accueillir les nombreux pèlerins. Les bâtiments conventuels s'étageant tout autour. Au XIIIème siècle, de nouvelles constructions s'édifient au Nord, six salles magnifiques qui seront immédiatement dénommées : LA MERVEILLE. On est alors à l'apogée des pèlerinages qui font du Mont l'un des lieux les plus célèbres de toute la Chrétienté.tallent., des 

 

A la suite de l'écroulement du chœur roman en 1424, on édifie à partir de 1490, un nouveau chœur gothique flamboyant qui donne à l'église abbatiale cet aspect tellement original.

En 1791 les moines sont chassés par la Révolution et l'Abbaye est transformée en prison. Elle le restera jusqu'en 1864.

En 1874, l'Abbaye est confiée au service des "Beaux-arts" afin d'être restaurée.

En 1886 l'église paroissiale placée sous le patronage de Saint Pierre devient le sanctuaire officiel du pèlerinage à Saint-Michel. Elle  l'est toujours aujourd'hui.

En 1966, pour les fêtes du millénaire monastique, une communauté provisoire de bénédictins se réinstalle dans l'Abbaye pour quelques mois.

En 1969, une nouvelle communauté permanente de frères et de sœurs vivants selon la règle de Saint-Benoît, fait renaître la vie monastique au Mont-Saint-Michel.

Inscrit au "Patrimoine Mondial" par l'Unesco en 1979, ce haut lieu touristique reçoit aujourd'hui plus de trois millions de visiteurs par an.

Le mont Saint Michel est aussi connu pour sa baie envahie par les plus grandes marées d'Europe et pour ses sables mouvants.

 Cette baie de 40 000 hectares est traversée par trois rivières – le Couesnon, la Sée et la Sélune – et balayée deux fois par jour par les marées.

 

  • L'aspect scientifique

Nous allons plus particulièrement nous intéresser aux sables mouvants.

Pour le cas du mont Saint Michel, le sol est de type argileux ou vaseux, appelé thixotropique, c'est à dire que l'orsqu'on remue le sol, il devient mou (comme lorsque quelqu'un marche sur du sable), et lorsqu'il est au repos, il est solide.

De nombreuses personnes ont testé les sables mouvants de la baie et ils ont remarqué qu'il faut d'abord percer la couche plus dure puisqu'il faut une bonne agitation pour pouvoir s'enfoncer. Le sable a une densité de 2 donc tout corps de densité inférieure à deux sera repoussée par la poussée d'Archimède. C'est pour cela qu'il doit y avoir une agitation pour pouvoir s'enfoncer malgré la poussée d'Archimède. Du fait donc de la densité, un objet ne pourra s'enliser que partiellement et l'agitation ne peut continuer car bouger les grains de sables reviendrait à soulever une masse immense (jusqu'a 103 kg). On ne peut donc pas mourir enseveli dans les sables mouvants mais si on reste coincé, avec la marrée montante (réputée allant "à la vitesse d'un cheval au galop"), nous pouvons mourir noyer, ce qui arrive malheureusement tous les ans.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site